Les "piliers" de la saga

Victor Zavilcea "l'Aigle de Valachie"

Héros "antihéros" de la saga, roi de Valachie, il est vénéré par son peuple comme un dieu et dépeint par ses ennemis comme un monstre sanguinaire. Doté d'un charisme glacial et pénétrant, il se lance dans une campagne de conquête très agressive sur toutes les Terres de l'Est. Son objectif ? Réduire la Horganthie en cendres et redonner sa gloire passée à son royaume, qu'il aime d'un amour viscéral. Cet amour passionnel envers "la femme de sa vie" est à la source de toute la saga.

Orgueilleux, peu souriant et très autoritaire, il fait empaler ses opposants par milliers, quand il ne les exécute pas de manière spectaculaire. Il porte cependant quelques valeurs nobles et bienveillantes, parfois avant-gardistes, qui ressortent notamment dans sa politique intérieure. Le bonheur de son peuple est essentiel à ses yeux, il affectionne ses soldats d'une affection sincère et se bat auprès d'eux comme n'importe quel autre guerrier.

Il exècre la trahison, a peu de véritables amis et chérit Joseph plus que tout au monde.

Joseph Zavilcea

Frère cadet de Victor, il est quasiment égal son aîné dans la place qu'il occupe dans le roman. Il forme avec lui un binôme fusionnel, complice et d'une loyauté extrême. Dépeint par Victor comme son "unique famille", Joseph est également son plus grand soutien et son meilleur guerrier, presque toujours muni de sa hache à deux têtes.

Narcissique, impulsif, souvent cruel et sans pitié, il affiche une bestialité effroyable au combat lui valant le surnom de "Berserker de l'Est" - elle terrifie les ennemis mais grise ses hommes, qui voient en lui une sorte de dieu de la guerre. Il possède un rapport très étrange à la mort et s'enivre de ses victoires, se sentant invincible au milieu du chaos. Il est également très cabotin, hâbleur, drôle, et caractérisé par un très (trop) grand amour pour les femmes et le sexe.

Il cache toutefois une sensibilité à fleur de peau, liée à des pans de son passé qu'il n'évoque jamais.

Ana Iasi

 

Compagne non-officielle de Victor, elle s'affirme dans un monde d'hommes par sa détermination, son courage et sa compréhension des rouages politiques. Elle aime la bonne chère, les fabliaux au coin du feu et les grandes épopées. Malgré un caractère borné, parfois dur et impulsif, elle jouit d'une grande sensibilité et d'une empathie sans égale dans le roman. Aveuglée par ses sentiments envers Victor, elle a tendance à pardonner bien vite la distance et la froideur avec laquelle il la traite parfois.

D'origine non noble, bien que née dans une famille fortunée, elle n'attache pas d'importance aux titres - c'est sans doute son principal point commun avec les frères Zavilcea, qu'elle respecte et admire. Tout comme eux, elle est très impliquée dans le bien-être de son royaume.

Personnages importants et récurrents

Marin Iasi

 

Frère d'Ana, cet apothicaire bienveillant, altruiste et jovial occupe un rôle grandissant au fil des tomes : soutien indéfectible de sa sœur et bon ami de Lucian, il tient une place centrale dans le développement du pan « mystique » de la saga. Il est un des rares personnages valaques à ne pas porter les frères Zavilcea dans son cœur – il déteste Joseph, en particulier, et a l'audace de l'assumer face à lui. Bien qu'il soit souvent moqué pour les catastrophes que ses expériences hasardeuses provoquent, il reste un soigneur talentueux auquel bien des personnages doivent la vie.

Comme tout le monde, Marin cache une part plus sombre au fond de lui et, au fur et à mesure de ses recherches, il sera tiraillé entre son éthique et le pouvoir potentiellement dangereux que confère la science.

Paul Iasi

 

Capitaine de la garde royale de Victor et membre de la famille Iasi, Paul est un chevalier têtu, impulsif et  râleur, dont les fanfaronnades amusent ses camarades. Malgré cela, il est l'archétype du paladin courageux, vindicatif et défenseur des faibles. Il a gagné son rang à force d'abnégation et d'efforts, en dépit de ceux qui voulaient le voir échouer, et sacralise la chevalerie au point de ne pas en voir les travers. Même s'il est souvent dur avec ses hommes, qui redoutent ses colères, il est très attaché à eux et se montre prêt à tout pour les aider et préserver leur vie.

Son courage, sa justesse et son empathie le rendent particulièrement populaire auprès d'eux, et ses traits délicats ravissent le cœur des jeunes filles.

Jenci Elzegyor, le "Taureau de Horganthie"

 

Grand Prince de Horganthie, Jenci est par essence l'ennemi héréditaire de la Valachie et « l'homme à abattre » du point de vue des Zavilcea – le roman révélera, dès le tome 1, des causes bien plus personnelles de la haine de Victor envers lui. Véritable force tranquille, ce souverain à l'imposante carrure est attaché au bien-être de sa famille et cherche de prime abord à éviter une guerre dévastatrice. Décrit comme un rustre hypocrite par Victor, il est une rivière paisible prête à se muer en torrent furieux si nécessaire...

Combattant puissant, meneur souvent bienveillant, il ne bénéficie pas de la même aura que Victor au sein de son pays mais peut compter sur des piliers solides au cœur de son armée et de ses vassaux.

Dan Zavilcea

 

Cousin de Victor et Joseph à l'allure égrotante, il jalouse et exècre ses derniers au point de comploter dans leur dos et nouer des alliances jugées impardonnables. Si sa dépendance aux opiacés a ravagé son physique, elle semble avoir épargné son esprit – Dan est certainement le personnage le plus intelligent de la saga, avec un sens aigu de la répartie et un humour acide. Il apparaît comme un antagoniste fourbe et malveillant sous l’œil de ses cousins alors que, dans les faits, il a un cœur bien plus juste qu'eux et se révèle plus complexe qu'il ne le laisse paraître.

Solitaire malgré lui, profondément triste et marqué par des épreuves du passé, il cherche sa place dans un monde qui n'a aucune pitié pour lui.

Costea

 

 

Grand Conseiller de Victor et Joseph, cet homme paisible, distingué et avisé incarne une figure paternelle pour eux. Il les considère d'ailleurs comme ses propres fils, même si les sentiments sont parfois durs à exprimer entre les murs du château. Il n'hésite jamais à leur exposer son opinion avec sincérité, quel que soit le domaine, et s'amuse poliment de ceux qui critiquent la place prépondérante qu'il occupe dans leur cœur, lui, un étranger arrivé dans le royaume dix ans avant le début de la saga. Sa présence est essentielle à l'équilibre de ses souverains, et insuffle le brin de sagesse dont ils manquent parfois.

Lucian Bralaci

 

Cet archer valaque enjoué, bon vivant et courageux est le meilleur ami d'Ana, dont il est secrètement amoureux. Il a quitté très tôt son petit village de montagne pour la capitale, décidé à devenir le meilleur archer de l'armée (quitte à, selon ses mots « manger de la boue » pour cela). Doté d'une solide détermination, il garde la tête haute malgré les épreuves parfois terribles que la vie met sur sa route. Très admiratif de Joseph, qu'il adule, il est fier de combattre à ses côtés et espère montrer à tous qu'il vaut mieux que bien des hauts gradés. Il nourrit une profonde hostilité envers la chevalerie, ce qui le met souvent en conflit avec Paul, sans pour autant en révéler les raisons...

Elgor Araven, le "Lion d'Andalis"

 

Souverain de la principauté d'Andalis, au milieu du Continent, le "vieux Lion" dirige un pays convoité par tous ses voisins. Obsédé par l'honneur et la noblesse de cœur, prêt à tout pour protéger ses terres, il n'entend pas se laisser intimider par ses voisins. Combattant émérite malgré son âge, ce patriarche plein de sagesse est aussi fier que déterminé, avec un physique qui rappelle celui d'un empereur romain.

On conte qu'il est austère, jamais souriant, intimidant avec sa voix cassée et son regard perçant, mais que son cœur est fondamentalement bon et ses décisions aussi justes que possible. 

Alean Leandris, le "Dragon de Silesia"

 

Richissime roi de Silesia, à l'Est du Continent, cet hédoniste narcissique, manipulateur et cupide est le principal allié de Jenci. Doté d'un humour tranchant et d'une intelligence retorse, il haït Victor d'une manière trop vive pour que ce soit uniquement politique... Sadique et égoïste, il est souvent décrié pour sa bisexualité assumée et pour sa morale quasi inexistante. Il aime énormément le sexe, le luxe et le sentiment de pouvoir sur autrui. Avec son visage de statue grecque et son charisme, il possède un charme magnétique dont il sait jouer.

Très rares sont les personnages à pouvoir percer sa carapace et, peut-être, retourner sa (petite) part d'humanité contre lui...

  • Instagram
  • Facebook - White Circle

© ML Versini. Créé avec Wix.com

Mentions légales

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now